À propos


 Irène Raparison

Née un 15 janvier en France, à Tarare (69), de parents malgaches, je passe 13 ans de ma vie dans le département de l'Isère avant de partir vivre dans un DOM, l'Île de la Réunion, en juin 2003. 

Profondément Saint-Pierroise, je suis diplômée du baccalauréat français en section littéraire (spécialité chinois, j'aime le préciser!) reçu en 2007 et je quitte le Sud pour le Nord, à Saint-Denis, afin d'entamer une première année de prépa, toujours en littérature. 

Mais l'appel de l'ailleurs étant plus fort que tout, je prends mes clics et mes clacs et part "m'exiler" en Amérique du Nord, au Canada, à Montréal. Mes pieds touchent le tarmac de l'aéroport Trudeau un 7 août 2008. 

J'entame un baccalauréat canadien en écriture de scénario et création littéraire, dont je sortirais diplômée en juin 2011, à la grande joie de mes parents, venus spécialement pour l'occasion. 

Durant ces trois années universitaires, j'enchaine plusieurs bénévolats (Cinémania, FIFA, Afrique au Féminin, etc.) et quelques stages en communication et rédaction (Entre les lignes, Mon panier gourmet, etc.). 

Je découvre le travail passionnant de pigiste culturelle en mars 2011 grâce à mon amie Mathilde Mercier (Carnet d'une réunionnaise à Montréal) et me met à rédiger des brèves, des critiques et des piges pour le site d'actualités africaines, Touki Montréal (portfolio d'articles).

En quatre ans, je rentre deux fois à la Réunion, en janvier 2010 pour y fêter mes 20 ans, et en juin 2011 pour profiter de l'hiver austral :) L'Île de la Réunion avec sa population, sa culture, ses croyances, ses valeurs et ses paysages est une source intarissable de sujets photographiques et de thèmes de conversations pour moi. Deux projets voient le jour : Portraits de femmes réunionnaises et Portraits de Réunionnais

Depuis 2008, mon blogue Vue sur Encéphale est mon obsession dans le bon sens du terme (peut-on voir un aspect positif dans l'obsession?). J'y consacre un petit peu plus de trois heures par jour, sans comptabiliser les heures de retouches. Vue sur Encéphale témoigne de ma vie montréalaise en tant qu'habitante quotidienne et d'expatriée, mais il témoigne aussi de mes voyages (Cuba, Paris, Auvergne, États-Unis, Madagascar, etc.). Mon angle de vue est celui de la redécouverte du paysage en passant par les détails, et la conversation à travers des entrevues écrites et photographiques. 

En septembre 2011, j'entame un nouveau cycle universitaire en débutant mes cours en maitrise de littérature (oui, encore de la littérature!). Après moults difficultés, une rencontre essentielle m'aidera à choisir définitivement mon sujet : un petit-déjeuner en tête-à-tête avec l'auteure mauricienne Ananda Devi. Douce et ouverte, Ananda Devi prendra le temps pendant une heure de répondre à mes questions concernant son œuvre Le Sari vert. Le soir même, mon sujet de maitrise venait d'être esquissé.

De janvier 2012 à mai 2012 est une période qui aura été marquée par mon stage en programmation au Festival littéraire (oui, toujours!) Metropolis bleu. Intense et très formateur, ce stage m'aura fait découvrir les joies du logiciel Excel (ce logiciel est la plus belle chose que l'homme ait créé). Mieux organisée, plus à l'aise en anglais et plus ouverte, ce stage restera ancré dans ma mémoire! 

Passionnée par les livres (personne n'en aura douté), je suis aussi photographe amatrice depuis l'âge de 16 ans et j'évolue avec un Canon EOS 400D et une lentille 50-200mm f/5.6. Mon rêve professionnel idéal serait de combiner les voyages, la photographie, l'écriture et la réalisation d'entrevues. Avide de rencontres exceptionnelles et de confidences, je rêve d'évasion par les images et par les mots. 


Je vis actuellement à Montréal, dans le quartier d'Outremont que j'affectionne tendrement. Une partie de moi sait que je ne resterai pas éternellement à Montréal, et j'attends avec impatience qu'une nouvelle révélation s'offre à moi pour faire mes bagages et repartir à l'aventure. 

Plus tard (tard tard), j'aimerais vivre avec des lapins au bord de la mer, en attendant que mes enfants et mes petits-enfants viennent manger le dimanche midi à la maison, à l'ombre d'un parasol (petite musique émouvante).

2 commentaires:

Esther N. Gabriel a dit…

Coucou Irène, on s'est un peu perdues de vue, heureuse de te retrouver ici! Ça a changé depuis que je suis venue (en bien bien bien!). Tu as un très beau blog, je vais te suivre de plus près. En attendant de te voir prochainement,
Eshter

Mathilde Mercier a dit…

Les lapins en moins, on a presque le même rêve :

"Plus tard (tard tard), j'aimerais vivre avec des lapins au bord de la mer, en attendant que mes enfants et mes petits-enfants viennent manger le dimanche midi à la maison, à l'ombre d'un parasol (petite musique émouvante)."

Partager

Fourni par Blogger.